Armageddon et fin des temps : Stratégie de l’empire-Il faut forcer la Russie à attaquer


L’affaire ukrainienne est révélatrice de la stratégie réelle de l’Empire -on entend par là les Etats-Unis et leurs caniches européens- : forcer les pays du Septentrion à attaquer, les provoquer jusqu’à ce qu’ils craquent.

Les dirigeants du monde sont en train de mettre en place, inconsciemment pour la plupart, les conditions nécessaires à la réalisation des prophéties bibliques applicables à la Fin des Temps.

findestemp

Que nous raconte, par exemple Ezechiel 38 ? Que la guerre viendra de l’Orient, des pays du Septentrion, des forces de Gog du pays de Magog. C’est à dire, pour faire simple, de la Russie, de la Chine et de la Perse (l’Iran principalement). Ce sont eux qui doivent être les agresseurs.
Les prophéties non bibliques et plus récentes ne manquent pas, d’ailleurs, pour annoncer avec force détails l’invasion de l’Europe par ces forces du Septentrion, russes en tête.

Ce que nous ne savions pas, c’était la méthode qu’emploierait le gouvernement mondial de l’ombre pour forcer les orientaux à nous attaquer.

Cette méthode est la plus vile, la plus basse que l’on connaisse : provoquer les intérêts vitaux de ces pays par révoltes interposées. Et les forcer à intervenir tout en les présentant comme des agresseurs.
Analysons un peu la stratégie de l’étau : à chaque révolte soi-disant populaire, on s’approche physiquement et géopolitiquement de la Russie.

Derrière la Syrie, l’Iran, l’Ukraine, ce sont en réalité la Russie et la Chine qui sont visés. Surtout la Russie.

Toutes ces révoltes sont organisées, financées et provoquées par l’Empire, via les officines spécialisées de la CIA (quand ce n’est pas le Mossad) et des organisations non gouvernementales financées, notamment, par Soros. Ce fut le cas en Tunisie, en Libye, en Egypte, en Syrie, et plus récemment en Ukraine et au Venezuela.
A chaque fois, l’Empire prend le parti des révoltés, au nom de la démocratie alors que ces énergumènes s’en prennent à des gouvernements régulièrement et démocratiquement élus, mis à part la Libye.

Il est tout de même étonnant d’apprendre qu’en Ukraine, la soi-disant révolte populaire était encadrée par des organisations quasiment paramilitaires, armées, incluant des mercenaires américains et allemands entraînés, et même un commando israélien. Forces qui ont volontairement transformé des manifestations hostiles au pouvoir en guérilla urbaine.
Il ne s’agit plus d’un mouvement spontané de la population mais bien d’une prise de pouvoir par la force. En d’autres termes, d’une révolution parfaitement orchestrée et maîtrisée.
Or les russes ne sont pas dupes. Les médias russes le savent et le disent à la population.

Charles Sannat rappelait hier que dans les années soixante, les Etats-Unis s’étaient opposés avec force à l’installation de missiles russes à Cuba, tellement cette éventualité menaçait l’intégrité de leur pays. Et on voudrait que les russes laissent l’OTAN agir de même en Ukraine ?

Derrière la Syrie, il y avait déjà les intérêts liés à la production et au transport des hydrocarbures, gaz et pétrole, ainsi que les intérêts géostratégiques et militaires des russes via la base navale de Tartous, leur assurant une présence essentielle et directe en Méditerranée.

Derrière l’Iran, on retrouve les mêmes enjeux énergétiques, la guerre monétaire en plus.

Avec l’Ukraine, encore et toujours les gazoducs et l’approvisionnement en hydrocarbures, sans compter la base navale de Sébastopol en Crimée, stratégique pour les russes ; mais cette fois-ci l’agression est montée d’un cran car la Russie est directement visée.

Le temps est compté à Satan. Il faut provoquer la troisième guerre mondiale et il faut que l’agresseur soient les pays du Septentrion.

Première tentative le 21 août 2013 avec l’attaque chimique sous fausse bannière en Syrie. Si ce plan avait marché, les occidentaux forçaient la main aux russes et aux chinois, les obligeant à attaquer les premiers puisque, officiellement, ils n’intervenaient eux que pour faire cesser les agressions d’Assad. Mais la Russie déjoue in extremis les velléités belliqueuses des va-t’en guerre de l’Empire.

Deuxième déclencheur possible, l’Iran. Les négociations entre le groupe 5+1 à Genève débutent le 20 novembre 2013 et très vite, les protagonistes comprennent qu’un accord est possible ; ce qui en réalité ne fait pas les affaires de l’Empire. Une autre guerre est repoussée de quelques mois.

Restait une dernière piste, en gestation depuis longtemps : l’Ukraine. Le 21 novembre, donc le lendemain du début de la réunion de Genève, l’Ukraine annonce qu’elle suspend les négociations en vue d’un accord d’association avec l’Union Européenne. Qui a ordonné à Viktor Ianoukovitch de refuser de signer cet accord ?
Sont-ce les mêmes du gouvernement mondial de l’ombre qui avaient assuré Saddam Hussein de leur bénédiction pour qu’il envahisse le Koweït en 1991 ? Ces traîtres que ledit Saddam Hussein a désignés en envoyant ses skuds sur Tel-Aviv ?

Curieux ces 21… 21 août, 21 novembre, 22 février (21 + 1) pour l’assaut final en Ukraine…

Ils veulent, ils doivent réaliser Ezechiel 38 :
« Et tu monteras contre mon peuple d’Israël; comme une nuée qui va couvrir le pays. Ce sera à la fin des jours que je te ferai venir contre mon pays, afin que les nations me connaissent, quand je me sanctifierai en toi à leurs yeux, ô Gog.
Et il arrivera en ce jour-là, le jour où Gog entrera dans la terre d’Israël (…) et dans ma jalousie, dans le feu de ma fureur, –je l’ai dit, — il y aura en ce jour-là un grand tremblement sur la terre d’Israël.
Devant moi trembleront les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, les bêtes des champs, tout reptile qui rampe sur la terre, et tout homme qui est sur la face de la terre; les montagnes s’écrouleront et les rochers tomberont, et toute muraille tombera sur le sol.
Et j’appellerai contre lui l’épée sur toutes mes montagnes, –oracle du Seigneur Yahweh, et chacun tournera son épée contre son frère.
J’exercerai mon jugement sur lui par la peste et par le sang; je ferai pleuvoir des torrents de pluie et des pierres de grêle, du feu et du soufre, sur lui et sur ses bataillons, et sur les peuples nombreux qui seront avec lui. »

Ce sera à la fin des jours… est-ce clair maintenant ?
Et si vous associez ce texte prophétique avec l’Oracle sur Damas en Isaïe 17, vous comprendrez que toutes les conditions seront très bientôt réunies pour la grande bataille de l’Armageddon.

Alors quelle provocation vont-ils encore inventer pour faire craquer les russes ?
Vont-ils nous faire un remake de la première guerre mondiale en assassinant un leader russe, donnant ainsi raison à nos suspicions concernant l’ours ?
Surveillez donc bien l’actualité de ces prochains jours.

Et l’Algérie ?
Petite réflexion sur un autre sujet. Vous ne trouvez pas bizarre, vous, que l’Algérie n’ai pas encore eu elle aussi sa petite révolution ? C’est le dernier grand pays du Maghreb à ne pas avoir connu de déstabilisation. Pourquoi le gardent-ils en réserve ?

Même François Mitterrand en 1995 n’était plus physiquement capable de briguer un troisième mandat. Pensez-vous que Bouteflika le soit à 76 ans, avec un cancer et après un AVC ? Pourquoi, contre toute logique, se représente-t-il ? Quel est le but du gouvernement mondial de l’ombre ?
Pourquoi avoir annoncé le 22 février, jour du coup d’Etat en Ukraine, que le président Bouteflika se représenterait à la Présidentielle du 17 avril ?
17 avril, le jeudi saint, 3 jours avant Pâques. Et si sa réélection était le point de départ d’une contestation dégénérant en troubles ? On connaît la suite, le scénario est maintenant bien rôdé.
Or l’Algérie est, avec la Russie, un grand fournisseur de gaz aux européens. Imaginez une Russie en conflit avec l’Empire, coupant ou réduisant les approvisionnements d’hydrocarbures à l’Europe, et dans la foulée une Algérie basculant elle aussi dans le chaos… sans compter les répercussions en France, et notamment les risques de guerre civile.

C’est facile de provoquer l’effondrement économique de l’Occident, surtout avec des éléments déclencheurs que personne ne voit venir. C’est le principe de la prestidigitation : tout le monde regarde le chiffon rouge agité par une main, sans voir ce que fait l’autre dans l’ombre.

Tout est lié. 21 août, 21 novembre, 22 février… dès qu’un domino tombe un autre s’enclenche.
17 avril pour le prochain ? Non, on risque plutôt d’être proches à ce moment-là du bouquet final, après avoir vécu auparavant quelques grandes étapes.

Alors c’est le moment, en ce jour des Cendres, de prendre les bonnes résolutions pour accomplir un vrai et saint carême, et de basculer dans une vie de pénitence et de mortifications.

Source lien dossier N°1 : legrandreveil

Source lien dossier N°2 : chaos-controle

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *