Poltergeist

Le terme poltergeist apparaît en 1540 dans le Nouveau dictionnaire d’Erasmus Alberus3. Il est employé, pour la première fois en allemand, par Martin Luther durant la Réforme protestante, dans Propos de tableN 1, pour désigner des événements qui seraient provoqués par des esprits désincarnés ou par le diable4,5. Catherine Crowe l’utilise pour la première fois en anglais en 18486 et c’est la médium roumaine Eleonore ZugunN 2 qui, au milieu du XXe siècle, le popularise en se faisant appeler « fille de Poltergeist »7. Paradoxalement, les Allemands utilisent désormais plus volontiers le terme Spuk8.

Poltergeist est un nom absent de la quasi-totalité des grands dictionnaires français contemporains9. On le traduit couramment par l’expression « esprit frappeur »10. Pour le remplacer, l’écrivain et parapsychologue René Sudre a proposé sans succès le néologisme thorybisme, par dérivation du mot grec θόρυϐος / thórubos signifiant « bruit » ou « trouble »11. En 1948, le docteur Thomas Bret utilise, sans plus de succès, l’expression Métapsychorragie métacinétique12.


Des «esprits» perturbent un collège sur l’île de la Réunion

Le corps agité de tremblements, les yeux révulsés, incapables de se tenir debout, 25 adolescentes, élèves d’un collège de l’île française de La Réunion, dans l’Océan indien, se disent depuis quelques jours victimes «d’esprits». Des parents ont demandé à faire exorciser le collège, mais le principal de l’établissement souligne que […]