La bête du Gévaudan 1


Gevaudan-beteLa Bête du Gévaudan serait un animal à l’origine d’une série d’attaques contre des humains survenues entre le 30 juin 1764 et le 19 juin 1767. Ces attaques, le plus souvent mortelles, entre 88 à 124 recensées selon les sources, eurent lieu principalement dans le nord de l’ancien pays du Gévaudan (qui correspond globalement à l’actuel département de la Lozère). Quelques cas ont été signalés dans le sud de l’Auvergne, et dans le nord du Vivarais et du Rouergue.

La « Bête du Gévaudan » dépassa rapidement le stade du fait divers, au point de mobiliser de nombreuses troupes royales et de donner naissance à toutes sortes de rumeurs, tant sur la nature de cette « bête » – vue tour à tour comme un loup, un animal exotique et même un loup-garou, voire un tueur en série à une époque plus récenteN 3 — que sur les raisons qui la poussaient à s’attaquer aux populations — du châtiment divin à la théorie de l’animal dressé pour tuer.

De 1764 à 1767, deux animaux, identifiés, l’un comme un gros loup, l’autre comme un animal s’apparentant au loup sans en être pour autant (bien qu’appartenant aux canidés), furent abattus. Le gros loup fut abattu par François Antoine, porte-arquebuse du roi de France, en septembre 1765, sur le domaine de l’abbaye royale des Chazes. À partir de cette date, les journaux et la cour se désintéressèrent du Gévaudan, bien que d’autres morts attribuées à la Bête aient été déplorées ultérieurement. Le second animal fut abattu par Jean Chastel, enfant du pays domicilié à La Besseyre-Saint-Mary, le 19 juin 1767. Selon la tradition, l’animal tué par Chastel était bien la Bête du Gévaudan car, passé cette date, plus aucune mort ne lui fut attribuée.

Premières attaques

La première personne que la Bête attaqua fut une femme habitant tout près de Langogne, mais des bœufs arrivèrent et firent fuir l’animal. La femme n’eut donc d’autre mal que ses habits déchirés. La première victime officielle de la Bête fut Jeanne Boulet, jeune fille âgée de quatorze ans, tuée le 30 juin 17642, au village des Hubacs (près de Langogne) dans la paroisse de Saint-Étienne-de-Lugdarès en Vivarais.
« L’an 1764 et le 1er Juillet, a été enterrée, Jeane BOULET, sans sacremens, ayant été tuée par la bette féroce, présans Joseph VIGIER et Jean REBOUL. »

La victime fut enterrée « sans sacrements », n’ayant pu se confesser avant sa mort. On relève toutefois sur la consignation de sa mort que le curé de la paroisse mentionneN 4 qu’elle fut victime de la bête féroce, ce qui suggère qu’elle ne fut pas la première victime mais seulement la première déclarée.

Une deuxième victime est rapportée le 8 août. Âgée de 14 ans, elle habitait au hameau de Masméjean, paroisse de Puy-Laurent. Ces deux victimes ont été tuées dans la vallée de l’Allier. Les suivantes, dès la fin du mois d’août, et au cours du mois de septembre, meurent autour et dans la forêt de Mercoire.

Étienne Lafont, syndic du diocèse de Mende, se trouvait à Marvejols en cette fin du mois d’août. C’est depuis cet endroit qu’il envoya des chasseurs de Mende, dirigés par le sieur Mercier, afin de venir en aide aux chasses qui se mettaient peu à peu en place à proximité de Langogne2. Cependant, Lafont se rendit vite compte que ces chasses étaient insuffisantes et avertit donc M. de Saint-Priest, intendant du Languedoc, et M. le comte de Montcan, gouverneur de la province, de la situation. C’est ce dernier qui donna l’ordre au capitaine Duhamel, stationné à Langogne avec ses dragons, de conduire les opérations de chasse contre la Bête.

Duhamel et les dragons

C’est ainsi, qu’à partir du 15 septembre, le capitaine Duhamel et ses dragons débutent leurs chasses, armant les paysans pour qu’ils leur viennent en aide. Il y avait, cette année-là, quatre compagnies de dragons, volontaires de Clermont, stationnées à Langogne ou Pradelles et commandées par Duhamel, capitaine et aide-major. Ces militaires étaient alors très présents dans les régions autour des Cévennes, du fait des conflits avec les Camisards au début du siècle (1702-1715). Durant les multiples battues menées en la forêt de Mercoire, jamais la Bête n’est aperçue. Cependant, c’est sans doute à cause de ces diverses chasses que la Bête quitte rapidement cette zone. Elle se déplace alors aux confins de la Margeride et de l’Aubrac, au début du mois d’octobre.Gravure-de-la-Bete-attaquant-une-femme

Le 7 dudit mois, une jeune fille est tuée au village d’Apcher, paroisse de Prunières, et sa tête n’aurait été retrouvée que huit jours plus tard. Le lendemain, un garçon vacher de 15 ans est attaqué à proximité de La Fage-Montivernoux. Ce même jour, la Bête attaque un autre vacher entre Prinsuéjols et le château de la Baume, propriété du comte de Peyre. Cependant, le jeune garçon se réfugie parmi ses vaches, qui parviennent à repousser la Bête. Peu de temps après, des chasseurs qui sortent d’un bois avoisinant aperçoivent la Bête qui rode encore autour du garçon. Deux de ces chasseurs tirent et touchent la Bête qui, par deux fois, tombe puis se relève. Personne n’arrive cependant à la rattraper alors qu’elle s’enfuit dans un bois. La battue qui est organisée le lendemain se solde par un échec. Deux paysans affirment avoir vu l’animal sortir, en boitant, durant la nuit. Ainsi, et pour la première fois, la Bête a été blessée. C’est pendant ce mois d’octobre 1764 que la Bête perpétua ses attaques les plus méridionales, notamment celle qui coûte la vie à Marie Solinhac, attaquée au Brouilhet, sur la commune des Hermaux.

Le 2 novembre, Duhamel et ses 57 dragons quittent Langogne pour s’installer à Saint-Chély, chez l’aubergiste Grassal9. Ce n’est pourtant que le 11 novembre qu’ils peuvent effectuer leur première chasse, en raison d’importantes chutes de neige. Voyant le manque de résultat des chasses jusqu’à présent, les États du Languedoc se réunissent le 15 décembre, et promettent une prime de 2 000 livres à qui tuerait la Bête. Cinq nouvelles personnes meurent pourtant après une attaque attribuée à la Bête durant ce mois de décembre.

L’appel aux prières

89a04312Le 31 décembre 1764, l’évêque de Mende, monseigneur Gabriel-Florent de Choiseul-Beaupré, également comte de Gévaudan, lance un appel aux prières et à la pénitence. Cet appel est resté dans l’Histoire sous le nom de « mandement de l’évêque de Mende ». Tous les prêtres du diocèse ont pour ordre de l’énoncer à leurs fidèles. Dans ce texte, l’évêque qualifie la Bête de fléau envoyé par Dieu pour punir les hommes de leurs pêchés. Il cite saint Augustin pour évoquer la « justice de Dieu », ainsi que la Bible et les menaces énoncées par Dieu à travers la bouche de Moïse : « j’armerai contre eux les dents des bêtes farouches ». À l’issue de ce mandement, il est ordonné que soient respectées quarante heures de prières et de chants, et ce durant trois dimanches consécutifs.

Mais les prières semblent vaines, puisque la Bête continue son massacre en ce début d’année 1765. Au cours des mois de janvier et de février, les chasses de Duhamel et des dragons s’avèrent infructueuses. Les habitants des lieux se plaignent, par ailleurs, de l’attitude des dragons. Ils sont ainsi accusés de ne pas payer les logements ni la nourriture, ou encore de détruire les récoltes. Le conseiller du Roi, Clément Charles François de L’Averdy, envoie alors un chasseur normand, le sieur Denneval (ou d’Enneval), pour les suppléer. Il est réputé bon chasseur de loups, puisqu’il en aurait abattu plus de 1 200. Martin Denneval et son fils se rendent donc en Gévaudan au milieu du mois de février.

Le combat de Portefaix

Avant l’arrivée des Denneval, le 12 janvier, la Bête s’attaque à sept enfants du Villaret, paroisse de Chanaleilles. Le combat qui l’a opposée aux jeunes bergers et le courage dont ces derniers ont fait preuve sont restés dans les annales. Depuis l’apparition de la Bête, il était recommandé de ne pas envoyer seuls les enfants garder le bétail. L’élevage dans cette région était principalement celui des vaches et des moutons. Cependant, les hommes adultes étaient souvent occupés aux travaux des champs. Pour limiter les positions de faiblesse que présentent des enfants seuls, les troupeaux sont donc souvent groupés afin que les jeunes gardent ensemble les animaux.  gevaudan-1-1ff9bfc

C’est le cas des sept enfants du Villaret, cinq garçons et deux filles âgés de huit à douze ans. La Bête s’attaque à eux, tournant autour des enfants qui s’étaient regroupés en position de défense. Elle s’empare alors de l’un des plus jeunes garçons, mais les autres réussissent à piquer la Bête à l’aide de lames fixées sur des bâtons, jusqu’à lui faire lâcher prise. Elle a cependant le temps de dévorer une partie de la joue droite de sa victime. Elle revient ensuite à la charge, saisissant Joseph Panafieu, le plus jeune, par le bras, et l’emportant avec elle. L’un des jeunes suggère alors de s’enfuir pendant qu’elle est occupée, mais un autre, Jacques André Portefaix, énonce le contraire. Ils accourent alors pour secourir leur infortuné compagnon, tentant de piquer la Bête au niveau des yeux. Ils parviennent finalement à lui faire lâcher prise et à reculer. À l’arrivée d’un ou plusieurs hommes, alertés par les cris, la Bête s’enfuit dans un bois voisin.

Monsieur de Saint-Priest informe monsieur de l’Averdy de ce combat. Et, pour le récompenser de son courage, le Roi offrit de payer l’éducation de Jacques Portefaix. Ainsi, le 16 avril 1765, Portefaix est admis chez les Frères de la Doctrine Chrétienne, ou Frères Ignorantins, de Montpellier. Il y reste jusqu’en novembre 1770, date à laquelle il entre à l’école du Corps Royal d’artillerie. Il devient ensuite lieutenant, sous le nom de Jacques Villaret, et meurt le 14 août 1785, à l’âge de 32 ans.

L’arrivée des Denneval

C’est le 17 février 1765 que les Denneval arrivent à Clermont-Ferrand où ils sont présentés à l’intendant d’Auvergne, monsieur de Ballainvilliers. Le lendemain, ils sont à La Chapelle-Laurent et, le surlendemain, à Saint-Flour. C’est au début du mois de mars qu’ils prennent place en Gévaudan.

Ce mois de mars est le témoin du combat héroïque de Jeanne Jouve pour sauver ses enfants. Jeanne Chastang, femme de Pierre Jouve, domiciliée au mas de la Vessière (Saint-Alban) est devant sa maison avec trois de ses enfants vers midi en ce 14 mars. Soudain, attirée par un bruit, elle s’aperçoit que sa fille de 9 ans vient d’être saisie par la Bête qui est passée par-dessus la muraille. La fille Jouve tenait, qui plus est, le plus jeune des garçons, âgé de 14 mois environ. Jeanne Jouve se jette alors sur la Bête et parvient à lui faire lâcher prise. Cette dernière revient malgré tout à la charge sur le plus jeune des enfants, mais elle ne peut l’atteindre, car la mère le protège. La Bête se jette alors sur l’autre garçon, Jean-Pierre, âgé de 6 ans, le saisit par le bras et l’emporte. Jeanne Jouve se jette à nouveau sur la Bête. S’en suit un long combat où Jeanne Jouve est repoussée au sol, griffée, mordue à plusieurs reprises. Finalement la Bête, qui tient toujours Jean-Pierre, parvient à s’échapper, mais elle se retrouve face aux deux plus grands enfants Jouve, qui se préparaient à emmener le troupeau aux pâtures. Ces derniers parviennent à libérer leur jeune frère et à faire fuir la Bête. Jean-Pierre succomba cependant à ses blessures quelques heures plus tard. En récompense de son acte héroïque, Jeanne Jouve reçut 300 livres de gratification de la part du roi.

9hlhyz3x8702074063_6323ee639d_oLes Denneval, eux, s’installent en Gévaudan. Dès leur arrivée, ils veulent l’exclusivité des chasses, et doivent donc éliminer Duhamel. Ils font alors intervenir monsieur de l’Averdy et, le 8 avril, Duhamel et ses dragons doivent quitter le pays pour leur nouvelle affectation de Pont-Saint-Esprit. Cependant, les Denneval tardent à lancer de grandes chasses, la première n’intervenant que le 21 avril. Le but de cette première chasse semblait être de ramener la Bête vers Prunières et les bois appartenant au comte de Morangiès. S’ils purent approcher la Bête, celle-ci parvint à s’échapper sans qu’ils ne puissent tirer.

En ce mois d’avril 1765, l’histoire de la Bête se répand dans toute l’Europe. Le Courrier d’Avignon relate ainsi que des journalistes anglais tournent en dérision le fait que l’on ne puisse abattre un simple animal. Pendant ce temps, monseigneur l’évêque ainsi que les intendants doivent faire face à un afflux massif de courrier. Des personnes de toute la France proposent des méthodes plus ou moins farfelues pour venir à bout de la Bête.

Le 1er mai, la Bête se trouve à proximité du bois de la Rechauve, entre Le Malzieu et Saint-AlbanN . Alors qu’elle s’apprête à attaquer un jeune berger, un homme, l’un des frères Marlet du hameau de La Chaumette, situé au sud-est de Saint-Alban, l’aperçoit depuis la fenêtre de sa maison, située à 200 mètres de là environ. Il prévient alors ses deux frères et tous s’empressent de s’armer et de sortir de la maison. La Bête aurait reçu deux coups de fusil, serait tombée à chaque fois avant de pouvoir se relever. Elle parvient à s’échapper bien que blessée au cou. Le lendemain, Denneval, prévenu entre temps, se rend sur place et poursuit la trace accompagné d’une vingtaine d’hommes. Tous espèrent que la Bête a été blessée à mort. L’annonce qu’une femme a été tuée dans l’après-midi, sur la paroisse de Venteuges, les détrompe finalement.

Le lendemain de cette chasse, le marquis Pierre-Charles de Morangiès écrit au syndic Étienne Lafont pour se plaindre des Denneval : « MM. Denneval arrivèrent et donnèrent comme à l’ordinaire de jactance de l’inutilité la plus désolante. (…) vous qui êtes homme politique êtes obligé de dévoiler aux yeux des puissances l’effronterie de ces normands qui n’ont d’humains que la figure. ». Le 18 mai, Morangiès adresse une nouvelle lettre de plainte auprès de Lafont, alors que les chasses des Denneval sont toujours infructueuses. Le 8 juin, sur ordre du Roi, François Antoine, porte-arquebuse de sa majesté, quitte Paris pour le Gévaudan. Il est accompagné de son plus jeune fils, Robert François Antoine de Beauterne, mais également de huit capitaines de la garde royale, six gardes-chasse, un domestique, et deux valets de limiers.

Antoine remplace Denneval

2316133489_small_1C’est le 20 juin que le porte-arquebuse, souvent nommé « Monsieur Antoine », arrive à Saint-Flour. Investi du pouvoir du Roi, il ne peut pas échouer dans sa mission. Il s’installe au Malzieu, qu’il atteint le 22 juin. Antoine et ses hommes se joignent alors à Denneval lors de différentes chasses. Cependant, il ne parvient pas à s’accorder avec ce dernier sur la manière dont les chasses doivent être conduites. La cohabitation semblant impossible, les Denneval quittent le pays le 18 juillet sur ordre du Roi. Pour Antoine, la Bête n’est rien d’autre qu’un loup, c’est d’ailleurs ce qu’il écrit dans l’une de ses nombreuses correspondances : les traces relevées n’offrent « aucune différence avec le pied d’un grand loup ». Le porte-arquebuse ne parvient cependant pas immédiatement à débusquer l’animal. Il est mis à mal par la géographie du pays et demande donc de nouveaux chiens en renfort. Il reçoit également le secours du comte de Tournon, gentilhomme d’Auvergne.

Le dimanche 11 août, il organise une grande battue. Pourtant, cette date ne reste pas dans l’Histoire pour ce fait, mais pour l’exploit réalisé par « la Pucelle du Gévaudan ». Marie-Jeanne Valet, âgée d’environ 20 ans, était la servante du curé de Paulhac. Alors qu’elle emprunte, en compagnie d’autres paysannes, une passerelle pour franchir un petit cours d’eau, elles sont attaquées par la Bête. Les filles font quelques pas de recul, mais la Bête se jette sur Marie-Jeanne. Cette dernière arrive alors à lui planter sa lance dans le poitrail. La Bête se laisse alors tomber dans la rivière et disparaît dans le bois. L’histoire parvient rapidement à Antoine, qui se rend alors sur les lieux pour constater que la lance est effectivement couverte de sang, et que les traces retrouvées sont similaires à celle de la Bête. C’est dans une lettre au ministre qu’il surnomme Marie-Jeanne Valet la « pucelle du Gévaudan ».

Les Chastel emprisonnés

gevaudan-6Quelques jours plus tard, le 16 août, se produit un événement qui aurait pu rester dans l’anonymat s’il n’avait pas été lié à la famille Chastel, dont Jean, le père, est reconnu comme le pourfendeur de la Bête. Ce jour, une chasse générale est organisée dans le bois de Montchauvet. Jean Chastel et ses deux fils, Pierre et Antoine, y participent. Deux des gardes-chasses de François Antoine, Pélissier et Lachenay, passent à leur côté et demandent leur avis sur le terrain avant de s’engager, à cheval, dans un couloir herbeux entre deux bois. Ils veulent en effet s’assurer qu’il ne s’agit pas là de marécages. Les Chastel les assurant de la sûreté du sol, Pélissier s’engage alors sans crainte, avant que son cheval ne s’embourbe et qu’il soit désarçonné. C’est non sans mal qu’il parvient, avec l’aide de Lachenay, à sortir du marécage, pendant que les Chastel s’amusent de la situation. Les deux gardes-chasses s’emparent alors du plus jeune des Chastel afin de l’amener auprès de François Antoine. L’aîné et le père prennent alors Lachenay en joue en lui imposant de relâcher le plus jeune. Alors que Pélissier lui vient en aide, il est lui aussi mis en joue. Les gardes-chasses sont donc contraints de battre en retraite. Le soir, ils rédigent un procès verbal pour relater les faits, et, sur ordre de François Antoine, les Chastel sont arrêtés et emprisonnés à Saugues. La consigne qui est donnée aux juges et consuls de la ville par Antoine est la suivante : « Ne les laissez sortir que quatre jours après notre départ de cette province ». Le fait qu’il y ait eu un ralentissement des attaques de la Bête durant la période de cet emprisonnement est souvent repris par certains auteurs pour établir un lien entre la famille Chastel et la Bête.

Le loup des Chazes

Fontaine-a-Aumont-Aubrac-ou-la-Bete-tient-lesDurant la deuxième quinzaine du mois de septembre, vers le 20 ou le 21, François Antoine est averti qu’un gros loup, peut-être la Bête, rôde près du bois des dames de l’abbaye des Chazes, à proximité de Saint-Julien-des-Chazes. Même si, jusqu’alors, la Bête ne s’était jamais rendue de ce côté de l’Allier, Antoine décide de s’y porter. Il fait cerner, avec l’aide de 40 tireurs venus de Langeac, le bois de Pommier. Et c’est lui, François Antoine, qui débusque l’animal, qui se retrouve à 50 pas de sa personne. Il tire, la bête tombe, se relève, et se jette sur lui. Le garde Rinchard, qui se trouve à proximité, tire à son tour et abat l’animal. Selon le procès verbal dressé par François Antoine, cet animal n’est autre qu’un gros loup qui pèserait dans les 130 livres. Ils le transportent alors à Saugues, où il est disséqué par le sieur Boulanger, chirurgien de la ville. Selon ce même procès verbal, plusieurs témoins confirment qu’il s’agit bien là de la Bête qui les a attaqués. Parmi les témoins cités se trouvent Marie-Jeanne Valet et sa sœur.

Presque immédiatement après la rédaction du procès verbal, Antoine de Beauterne, le fils, charge l’animal sur son cheval afin de se rendre à Paris. Il fait cependant étape à Saint-Flour pour le montrer à M. de Montluc. Il arrive à Clermont-Ferrand dans la soirée. Là, il fait naturaliser et embaumer l’animal. Le 27 septembre, Antoine de Beauterne quitte Clermont avec l’animal et arrive à Versailles le 1er octobre. La bête est alors exposée dans les jardins du Roi. Pendant ce temps, François Antoine et ses gardes-chasse sont restés en Auvergne et continuent de chasser dans le bois alentour de l’abbaye royale des Chazes, où une louve et ses petits ont été signalés. Le dernier de ces louveteaux est abattu le 19 octobre. François Antoine et ceux qui l’accompagnent peuvent alors quitter le pays, ce qu’ils font le 3 novembre.

Officiellement, la Bête du Gévaudan est morte, tuée par le porte-arquebuse du Roi, François Antoine. Peu importe les événements qui ont suivi, le loup des Chazes était bien la Bête. Ce caractère officiel a d’ailleurs été confirmé en 1770 lorsque François Antoine s’est vu accorder, par brevet, le droit de porter un loup mourant, symbolisant la Bête, dans ses armes.

 

Les nouvelles attaques

Le mois de novembre se déroule sans qu’aucune attaque ne soit relevée. Le peuple commence à considérer qu’Antoine a bien tué le monstre qui terrorisait le pays. Dans une lettre du 26 novembre, Lafont indique d’ailleurs à l’intendant du Languedoc : « On n’entend plus parler de rien qui ait rapport à la Bête ». Rapidement pourtant, la rumeur commence à relater des attaques qu’aurait commises la Bête vers Saugues et Lorcières. Ces attaques sont épisodiques jusqu’au début de l’année 1766, et le peuple comme Lafont ne savent s’ils doivent attribuer ces méfaits à la Bête ou à des loups. Cependant, le 1er janvier, M. de Montluc, dans une lettre à l’intendant d’Auvergne, semble persuadé que la Bête a bien reparu. Ce dernier alerte le Roi, mais celui-ci ne veut plus entendre parler de cette Bête puisque son porte-arquebuse en est venu à bout. À partir de cet instant, les journaux n’ont d’ailleurs plus relaté les attaques survenues en Gévaudan ou dans le sud de l’Auvergne.Gevaudan_Monster

Le 24 mars, les États particuliers du Gévaudan se tiennent en la ville de Marvejols. Étienne Lafont et le jeune marquis d’Apcher préconisent d’empoisonner des cadavres de chiens et de les porter aux passages habituels de la Bête. Les attaques se sont d’ailleurs multipliées durant ce mois de mars, et les gentilshommes du pays se sont aperçus que leur salut ne viendrait pas de la cour du Roi. La Bête, elle, semble ne plus parcourir autant de terrain qu’auparavant. Elle s’est, en effet, fixée dans la région des trois monts : mont Mouchet, mont Grand et mont Chauvet. Ces trois sommets sont distants d’environ 15 kilomètres l’un de l’autre.

Les mesures prises s’avèrent inefficaces. De petites battues sont bien organisées, mais en vain. La Bête continue ses attaques durant toute cette année 1766. Il semble cependant que son mode opératoire ait légèrement changé, elle serait moins entreprenante, beaucoup plus prudente. C’est en tout cas ce qui est écrit dans les diverses correspondances, comme celles du curé de Lorcières, le chanoine Ollier, à destination du syndic Étienne Lafont.

 

 

La Bête de Chastel

C04FE0B1-C3FC-4914-B44B-59A7ADAEF068

 

Au début de l’année 1767, une légère accalmie des attaques se fait sentir. Mais au printemps, on assiste à une recrudescence des attaques. Le peuple ne sait plus que faire pour en venir à bout, si ce n’est prier. Alors les pèlerinages se multiplient, principalement à Notre-Dame-de-Beaulieu et à Notre-Dame-d’Estours. L’un d’eux est resté célèbre, au début du mois de juin, puisque la légende veut que Jean Chastel y aurait fait bénir trois balles, fondues à partir des médailles de la Vierge Marie qu’il portait à son chapeau.

Le 18 juin, il est rapporté au marquis d’Apcher que, la veille, la Bête avait été vue dans les paroisses de Nozeyrolles et de Desges. Elle aurait tué, dans cette dernière paroisse, Jeanne Bastide, âgée de 19 ans, au village de Lesbinières. Le marquis décide de mener une battue dans cette région, sur le mont Mouchet dans le bois de la Ténazeire, le 19 juin. Il est accompagné de quelques volontaires voisins, dont Jean Chastel, réputé excellent chasseur.

Alors que ce dernier se trouvait au lieu dit la « sogne » d’Auvers, un carrefour de chemins, il vit passer l’animal, lui tira dessus et parvint à l’atteindre à l’épaule. Rapidement, les chiens du marquis seraient arrivés pour achever la Bête.

De ce coup de fusil, la légende a conservé le discours romancé de l’abbé Pierre Pourcher qu’il disait tenir de la tradition orale de sa famille : « Quand la Bête lui arriva, Chastel disait des litanies de la Sainte Vierge, il la reconnut fort bien, mais par un sentiment de piété et de confiance envers la Mère de Dieu, il voulut finir ses prières ; après, il ferme son livre, il plie ses lunettes dans sa poche et prend son fusil et à l’instant tue la Bête, qui l’avait attendu. »

Huit jours après la destruction de la Bête par Jean Chastel, le 25 juin, une louve qui, selon plusieurs témoignages, accompagnait la Bête, est tuée par le sieur Jean Terrisse, chasseur de monseigneur de la Tour d’Auvergne. Il reçoit alors 48 livres de gratification.

Le destin de la BêteGevaudan-bete-gravure

La Bête est alors portée au château de Besque, vers Charraix, résidence du marquis d’Apcher. On mande le notaire Marin, qui établit un rapport très précis sur les dimensions de l’animal. Il est accompagné du chirurgien de Saugues, le sieur Boulanger, et de son fils, ainsi que d’Agulhon de la Mothe, médecin. La Bête est ensuite empaillée par Boulanger, et est exposée au château de Besque. Le marquis d’Apcher ne rechigne pas à la dépense pour recevoir fastueusement la foule qui s’empresse de venir voir la Bête. De nombreux témoignages de victimes d’attaques viennent alors s’inscrire au rapport Marin. La Bête reste donc un long moment à Besque (une douzaine de jours). Le marquis d’Apchier mande alors un domestique, le dénommé Gilbert de l’emmener à Versailles pour la montrer au Roi. Suivant les écrits de l’abbé Pourcher il est admis que Jean Chastel était également du voyage. Cependant, des études durant l’année 2010 affirment que si ledit Gilbert a effectivement amené la Bête à Paris, rien ne prouve que Chastel était également du voyage.
 
Arrivée au château du Roi, la Bête est dans un état de putréfaction avancé. Boulanger s’est en effet contenté de vider les entrailles et de les remplacer par de la paille. Le trajet et la chaleur n’ont pas dû favoriser la conservation. Lorsque Chastel (ou Gilbert) demande une entrevue avec le Roi pour lui présenter la Bête, cette demande est refusée en raison de l’état de l’animal. C’est donc Georges-Louis Leclerc de Buffon en personne qui l’examine et conclut qu’il s’agit là d’un loup de grande taille. La Bête est alors enterrée dans un jardin du château sans que rien n’en soit conservé. Il n’y a pas non plus trace de ce que Buffon aurait pu écrire sur la Bête. Réunis le 9 septembre, les États particuliers du Gévaudan octroyèrent à Jean Chastel une modique récompense s’élevant à 72 livres.

 

 

Vidéo :


et voici la vidéo réelle qui a était filmé à Machigan dans le Wisconsin aux Etat-Unis
Vidéo 2 :

Dossier N°1

Dossier N°2

Dossier N°3


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “La bête du Gévaudan