Un Boeing peut en cacher un autre


boeing_777

 

J’étais en train de travailler sur le chiffre 777 quand parvient à mes oreilles le drame du vol de la Malaysia Airlines, drame qui au début n’attira pas mon attention.
Et puis tout d’un coup, le déclic : moi qui m’interroge sur la signification du 777, je prends conscience qu’il existe un avion qui porte le même chiffre : le Boeing 777.

En effet, en préparation d’un article magistral que je publierai le 16 mars, je travaillais sur le 777.
Le 7, c’est le chiffre divin par excellence, celui de l’aboutissement de son œuvre. Selon la Genèse, le 7ème jour de la création Dieu s’est reposé, et c’est pourquoi nous les humains lui consacrons cette journée. 7 comme les 7 jours de la semaine, les 7 dons du Saint Esprit, les 7 vertus, etc…
Le 777, c’est l’accomplissement ultime des œuvres de la Sainte Trinité. On ne peut aller au-delà.
Un exemple : lors du déluge, après avoir plu pendant 40 jours et 40 nuits, les eaux atteignent 150 coudées et recouvrent toute la terre. En prenant comme valeur la coudée de Nippur (51,8 cm), on obtient… 777 !
Donc si vous voulez comprendre et appréhender le plan divin, et notamment la fin des temps, cherchez les 7.

Le Boeing 777

Le Boeing 777 est actuellement le fleuron de la gamme long courrier Boeing, l’avion gros porteur le plus vendu au monde.
Mais là n’est pas le plus important. Pourquoi s’appelle-t-il 777 ?
Je vais vous faire une réponse d’eschatologie normand : parce qu’il le fallait.

Parce que le moment venu, un avion porteur de ce chiffre servira de signe dans l’accomplissement du plan divin.
Le Boeing 777 est décliné en 6 versions mais surtout, et c’est très instructif, il a été mis en service pour la première fois le 7 juin 1995.

Rappelez-vous cet article où j’expliquai que les attentats du 11 septembre (11/09) étaient au milieu d’un cycle de 24 ans, qui commence à la chute du mur de Berlin (09/11) et finit à la chute du dernier pape (28 février 2013). Au milieu des premiers 12 ans (du 09/11 au 11/09), l’année 1995.
Le lancement du Boeing 777 dix-huit ans (18 = 666) avant 2013 n’est donc pas un hasard.

Les deux années-clé du 777

 Dans un autre article analysant le billet de 1 dollar, j’avais mis en évidence l’importance de l’année 1776 pour l’adversaire.

Je vais aujourd’hui aller plus loin : j’estime que 1776 est l’année du démarrage de l’ultime période de pouvoir de Satan sur le monde. Entendons-nous bien : le tentateur n’a jamais été absent, du serpent qui trompe Eve à l’Antéchrist, il aura toujours été présent sur terre.
Mais Il va connaître une longue période en retrait, à partir de la mort et de la résurrection du Christ.
Cette période peut elle-même être subdivisée en deux sous-périodes :

Les 1000 ans où Satan est enchaîné (Apoc. 20, 6 : saint Jean effectue un flash-back en désignant, à la fin de son récit, une période passée et non à venir comme hélas beaucoup de gens l’interprètent à tort) ; ces mille ans s’écoulent de 496 (baptême de Clovis et naissance du premier royaume chrétien) à 1515/1517 qui voit simultanément apparaître la Renaissance (renaissance de quoi ? du paganisme !) et la Réforme de Luther, une attaque aussi ignoble que pernicieuse qui, contrairement aux précédentes hérésies, va perdurer et grandir.

Les 1260 ans de la femme au désert (Apoc. 12, 6) : l’église, symbolisée par la femme, grandit sous la protection du Saint-Esprit et façonne le monde selon les principes et les valeurs de la chrétienté (et non l’inverse), de l’édit de Milan en 313 à la mort de saint Pie V en 1572. A ce moment-là l’Église est prête à affronter avec sérénité les chocs à venir grâce à une triple consolidation : le concile de Trente, la codification de la messe par saint Pie V et la victoire de Lépante.

Ensuite, l’adversaire attaque graduellement par touches de plus en plus efficaces, la Renaissance et la Réforme, on l’a vu, mais aussi les sociétés secrètes et la synagogue de Satan, pour en arriver à l’ultime phase de son pouvoir, les derniers 100 ans, à savoir la période 1914-2014.

Dans cette rapide reconstitution, l’année 1776 apparaît comme historique car :

Le 1er mai 1776 Adam Weishaupt fonde les Illuminés de Bavière, point de départ de la société secrète que nous nommons aujourd’hui Illuminatis.

Le 4 juillet 1776, les États-Unis sont fondés par la triple alliance satanique des juifs, des protestants et des francs-maçons. Un pays créé sur mesure pour leurs projets.

Des deux dates, le 1er mai est la plus importante car Albert Pike, le premier grand pontife de la maçonnerie universelle en fera, un siècle plus tard, le jour de l’an des palladistes, c’est à dire de la haute franc-maçonnerie.

Or 1776 forme 777
7 + 7 d’une part, et 1+6 d’autre part.

Si vous relisez l’article sur le billet de 1 dollar, j’expliquais que la pyramide sur le sceau des États-Unis était constituée de 13 niveaux, le 14ème (l’œil d’Horus) en étant le sommet, l’aboutissement.
Ce 14ème et dernier sommet, c’est tout simplement 2014.

Et 2014 forme elle aussi le chiffre 777
14 = 2 x 7 d’une part, et 2+1+4 = 7

Entre 1776 et 2014, il y a 238 années.

On peut toujours m’objecter que d’autres années forment aussi 777, ce qui est vrai. Mais seules deux années suffisent pour le plan de Dieu, et encore… il y a beaucoup de calculs faussés.
Par exemple 1777 comporte bien trois 7, mais le 1 n’est pas utilisé. Idem pour 2021, car 21 forme bien 3×7 mais quid du 2 ?
Donc, jusqu’à preuve du contraire, je maintiens mes deux candidats, 1776 et 2014, comme années-clés du plan divin.

Revenons à notre Boeing de la Malaysia Airlines

L’avion disparaît le vendredi 7 mars 2014 heure de Paris, dans la nuit du 7 au 8 mars heure de Kuala Lumpur.
Il va effectuer à peine une heure de vol avant de disparaître corps et biens sans aucune explication.

Il transportait à son bord 239 personnes, dont 227 passagers de 14 nationalités différentes et 12 membres d’équipages.
Parmi les passagers, 153 chinois, 38 malais, 4 français, 7 indonésiens, 6 australiens, 3 américains.

Rarement, il n’y a eu autant de chiffres connotés bibliquement :
– 12 membres d’équipage : les 12 apôtres, les 12 mois de l’année… le 12 est un chiffre divin-clé ;
– 153 chinois : 153 est le nombre exact de poissons récoltés par les apôtres lors de la seconde pêche miraculeuse après la Résurrection du Christ ; 153 est aussi un chiffre-clé ;
– le 3 (Sainte Trinité), le 4 (les 4 éléments, les 4 saisons), le 6 (chiffre de l’homme), le 7… quasiment tous les chiffres bibliques-clés sont représentés.
Sans compter les 14 nationalités, comme 2014.

Mais c’est surtout sur le nombre total de passagers que je voudrais attirer votre attention : 239.
C’est à dire mes 238 années de 1776 à 2014 plus une.

A ce stade, je vais devoir vous livrer une information que je réservais pour mon article à venir le 16 mars. Quelque chose de fondamental pour comprendre le sens eschatologique de notre temps : la signification du 49.

49, l’ultime limite de Satan

monleon-daniel

Dans un passage du livre de Daniel, les trois compagnons hébreux de ce dernier sont condamnés par Nabuchodonosor à être brûlés vifs pour avoir refusé d’adorer son idole. Ils sont jetés dans une fournaise. Les flammes, nous dit le texte, crépitaient avec fureur, s’élevant jusqu’à 49 coudées au-dessus de la fournaise (Daniel 3, 1-97). Flammes qui ne font aucun mal aux trois jeunes gens, qui en sortiront sains et saufs.

Don Jean de Monléon, dans son livre Le prophète Daniel, nous donne l’explication de cet épisode :
« Malgré les efforts des bourreaux, la flamme ne montait qu’à 49 coudées, elle n’arrivait pas à cinquante… Pourquoi cela ? Parce que 50 est le chiffre de la Pentecôte, le symbole de la transformation totale que, seule, la grâce du Saint-Esprit est capable d’opérer dans l’homme. »
Par conséquent, « le démon ne peut dépasser 49 coudées, parce qu’il est incapable d’agir efficacement sur le fond de l’âme, sur la volonté, si celle-ci est résolue à tenir bon. »

Oui, vous avez bien lu : le diable est limité à 49 !
Il n’a pas le droit d’aller jusqu’à 50, le chiffre en jours qui sépare la Résurrection de la Pentecôte.

La différence entre Dieu et le diable, c’est ce +1, ce 50 inatteignable pour le malin.
C’est très important car ce 49 explique beaucoup de choses.
Il va expliquer des chiffres (le 13 par exemple), des périodes, mais aussi l’importance de la Pentecôte comme repère dans les derniers temps.

Si vous disséquez ces 238 années qui séparent 1776 de 2014, vous constaterez qu’elles sont constitués de quatre périodes de 49 ans et d’une dernière de 42 ans, comme les 42 derniers mois de la bête de l’Apocalypse.
Quatre périodes identiques comme les 4 éléments terrestres, sur lesquels Satan a la main. Mais comme il ne peut agir en définitive que sur nos 5 sens, et non sur notre âme, il est lui-même le 5ème élément, la touche finale, le dernier empereur, la dernière période : les 42 ans.

Cela veut dire que l’ultime période débute en 1972.

dozule

Et qu’avons-nous en 1972 ? Dozulé !
Même si les apparitions de Dozulé sont douteuses et doivent être considérées avec précaution, il n’y en pas moins eu un message du ciel, d’un côté ou de l’autre. Or le message de Dozulé crie au monde que le retour du Christ-roi est proche, et que le signe de son avènement c’est la croix glorieuse.

Il comporte 49 visions (!) qui s’échelonnent du 28 mars 1972 au 6 octobre 1978.
La ville de Dozulé est dans le département 14 (!) et son code postal est 14430 (les 144000 justes de l’Apocalypse).

Ce qui veut dire que la relation entre 1776 et 2014 se tient, et que Dozulé est une preuve de plus de l’importance de l’année 2014 dans le plan de Dieu.
Elle clôture les derniers 42 ans.

Le lien avec la Pentecôte

L’analyse objective des éléments nous permet non seulement de raccorder ce signe à la Pentecôte, mais aussi, et surtout, à la Pentecôte 2014.
Pourquoi celle-là et pas une autre ?
Parce qu’elle a lieu le 8 juin 2014.
Un jour après le 7 juin.
Qui a été mis en service le 7 juin ? Le Boeing 777.
Qui a disparu en vol le 7 mars, trois mois avant le 7 juin ?
Qui a également désigné le 7 juin ? Saint Joseph par son apparition à Cotignac.
Apparition qui est reliée à une croix glorieuse et à 2014 comme je l’expliquais dans cet article.

Or cette année le 7 juin sera la veille de la fête de la Pentecôte, c’est à dire le fameux +1 réservé à Dieu selon don de Monléon.

Voilà la signification des 239 passagers de l’avion : 238 années pour Satan + le temps de Dieu, qui commence à la Pentecôte, comme le décrit l’Apocalypse : après les châtiments, « je te montrerai la nouvelle épouse » (Apoc. 21, 9), c’est à dire la nouvelle Église.
Et la Pentecôte est traditionnellement considérée comme le jour de création de l’Église.
Combien de temps dure ce « 1 » ? Un jour, une semaine, un mois, un an ? Nul ne sait. C’est pendant ce laps de temps que le Christ reviendra et que le Cœur Immaculé de Marie triomphera.

Conclusion

Dans cet accident, il y a donc trois messages :

a) La proximité des châtiments

Souvenez-vous, les colombes de la paix du pseudo-pape François sont attaquées à Rome le 26 janvier par un goéland et un corbeau.
40 jours après, le 7 mars, crash du Boeing 777.
Encore 40 jours et c’est le 17 avril, Jeudi Saint. Le chiffre 17, saint Augustin explique ci-dessous qu’il représente le chiffre des élus.
Vous pouvez compter aussi 49 jours à partir du 7 mars (en mois bibliques de 30 jours), et on arrive dans ce cas au 26 avril, veille du fameux 27 avril (toujours cette notion de N +1) ; et ce sera alors la semaine 17 !

b) La confirmation que le temps de Satan touche à sa fin

Je le dis et le répète, l’Antéchrist désigne l’être humain impie et apostat qui précédera le retour du Christ : « Lorsque le Fils de l’homme reviendra, trouvera-t-il la fois sur terre ? ».
C’est à la fois une période, un système, une mentalité, une religion, celle de l’homme que se place devant Dieu, ou qui se prend pour Dieu. Il est inutile d’attendre un gugusse qui viendra régner 42 mois, ça fait longtemps que le fils de perdition règne en réalité : 100 ans. Par de multiples signes, 2014 apparaît bien comme l’année des châtiments et du retour du Christ, donc de la fin du règne de Satan.

c) Le rapport sauvés/damnés

Que nous enseigne saint Augustin au sujet des 153 poissons ?
« Quant à la pêche qui suivit la résurrection, elle désigne l’Église du ciel; car les poissons viennent tous de la droite, comme les élus ; comme les élus ils sont comptés, et s’ils sont au nombre précis de cent cinquante-trois, c’est que ce nombre encore désigne les élus. Pour être du nombre des élus, il faut avoir accompli la loi de Dieu, ou les dix commandements, avec le secours des sept dons de l’Esprit-Saint. Le nombre dix-sept est ainsi le chiffre des élus. Additionnez tous les nombres inférieurs jusqu’à celui-là, vous obtiendrez cent cinquante-trois. »

« Jamais le Seigneur n’aurait donné cet ordre, s’il n’avait eu dessein de nous tracer un enseignement qui nous fût salutaire. Qu’importait à Jésus-Christ qu’on prît des poissons ou qu’on n’en prît pas ? Rappelons-nous que les disciples firent deux pêches sur l’ordre de Notre-Seigneur Jésus-Christ, l’une avant sa passion , l’autre après sa résurrection. Ces deux pêches figurent donc l’Église; l’Église telle qu’elle est aujourd’hui, et l’Église telle qu’elle sera à la résurrection des morts. Aujourd’hui, en effet, les bons et les méchants sont innombrables dans son sein, tandis qu’après la résurrection elle ne renfermera que les bons, dont le nombre sera fixé. »

Donc 153 est le chiffre des élus, de ceux qui seront sauvés.

Dieu nous a donné, en ce 7 mars, le rapport final : 153 sur 239 seront sauvés, soit plus de la moitié.

Voyez ici la grande miséricorde de Dieu et la claque qu’on va mettre au diable dans les derniers mois. Oui vous m’avez bien lu : le plan final de Dieu n’est sûrement pas d’abandonner autant d’âmes à Satan ; oui le 7 mars 2014 (qui fait 17, le chiffre des élus selon saint Augustin) Dieu est venu nous signifier qu’en définitive, 64% des hommes seront sauvés.

Oui, malgré l’accoutumance à la matrice et la perversité de ce siècle, nous ferons connaître la bonne nouvelle du retour du Christ à tous les hommes et nombreux seront ceux qui, en définitive, Le préféreront à Satan. In extremis.

Oui, mes amis, nous allons faire capoter le plan de la Synagogue de Satan et de ses affidés, les Illuminatis et autres lucifériens. Ah ils veulent récupérer 7 milliards d’âmes ? Ils en auront à peine 36 % !

 

ça me rappel sur le mystère de triangle des bermudes.

Source lien dossier : legrandreveil

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *